Les Gabonais et la Tchatche

Gabonese Tchatching tchatcho.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 21 le Jeu 12 Sep - 16:43
Statistiques
Nous avons 174 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est lawdogg

Nos membres ont posté un total de 174 messages dans 72 sujets
LE PAYS CRAME MAIS LA JEUNESSE SE CORROMPT AVEC UNE BIERE.GABOB,QUEL AVENIR?
Mer 26 Jan - 19:43 par johnskyzoofrene
]color=blue]JE SUIS VRAIMENT DÉÇU DU COMPORTEMENT QU'AFFICHE MES FRENGINS ET FRENGINES DU GABON.
QUI DE NOS JOURS NE COMPREND PAS QU'ILS SE FOUTE DE NOUS CES "SALES" POLITIQUES,QUI NE COMPREND PAS QUE LORSQUE NOUS SOMMES MANIPULER A ALLER LUTTER DANS LES RUES AU RISQUES DE NOS VIES EUX LEURS ENFANTS OISIFS ERRENT EN EUROPE .CE COMBAT N'EST PAS ENCORE LE NOTRE NOUS DEVONS Y REFLECHIR.

[/color]



Commentaires: 0
HUMAINS & CHATS POUR REPAS CHEZ LES FANGS'message éditer)
Mar 26 Aoû - 21:27 par SONIKETTE
slt a ts voila voilou on dit ke les FANGS mangent les chats ce ki est un peu normal puisk c un animal hehe mais le plus grave c kils mangeait les humains et la preuve l'homme (ki est ou ki etait) derriere les baro est un fang vs avez deviner de ki je parle eh bien c'est MBA NTEM c'est just un exemple je ne generalizz pas puisk g entendu plusieurs version aparement ça fais partis de la culture …

Commentaires: 20
ce ne sont pas des bordelles les gabonaises.
Mar 2 Sep - 22:37 par jubene
bonjour a tous je pense que ya plus grave au gabon ke les filles ki vont dans des cyber cafe pour cherche un moyen d'echapé a la pauvreté et c'est pas du tout une question de bordelerie meme nos mamans y vont maintenant. et ya pas que les filles ki le font et mme les hommes aussi.ya bien d'autre probleme auquel il fo en parlé tels que les filles du bord de mer par exemple ou les gents qui meurt …

Commentaires: 12
transmission des dialecte entre générations?
Lun 15 Sep - 1:02 par moumou
Bonjour, flower
je suis française et j'ai 19 ans.
Certain de mes amis proches sont gabonais dont mon boyfriend (petit ami) c'est pour cela que je suis inscrite sur ce site. Peut-être que ça peut énerver certain ou certaines de voir un "blanc" sur 1 site "gabonais". Ce sont des gabonais qui m'ont envoyé ce lien. En aucun cas je ne me serai pas permise de ma seule …


Commentaires: 10
Le suicide est-il l'espoir de ceux qui n'en ont plus?
Lun 22 Sep - 14:03 par cyber_control
Ce week-end moi et ma famille avions froller le pire.En effet, ma frangine qui au passage venait de s'admettre au baccalaureat de cette année, a tentée de s'oter la vie en s'ouvrant les veines du bras à l'aide d'une lame.N'eût été l'appel du fils de la nounou qui n'a que deux nous en saurions pas là(enfin, je n'en serai pas là): Maman, Mapo est entrain de se blésser dans la chambre je cite.En …

Commentaires: 0
Quelles études à l'étranger?
Mer 17 Sep - 22:58 par cyber_control
Mbolouani!!!!
Ne voyez dans ce post aucunes attaques dirigées vers un tel ou une telle Bangado.Bref j'ai depuis lors une interrogation qui me taraude l'esprit.En effet, j'aimerai savoir quelles sont les raisons qui poussent un Néo Bachelier à partir débuter ses études sup à l'étranger?Il est forcé de constater qu'une nfois le précieux sésame en pôche les néo étudiants se lancent dans divers …


Commentaires: 3
Lait frelaté en chine...attention au répercussions au Gabon
Mer 17 Sep - 18:37 par Admin
Lait frelaté en Chine: la psychose et le scandale s'étendent en Chine


Le scandale du lait en poudre frelaté, qui a entraîné en Chine la mort de trois nourrissons et touché plus de 6.200 bébés, selon un nouveau bilan publié mercredi, a provoqué un afflux dans les hôpitaux et soulevé les interrogations inquiètes des parents.

Les autorités chinoises ont admis que deux des companies laitières …

Commentaires: 2
Avez vous entendu parler du Mvett ?
Jeu 4 Sep - 18:02 par Admin
[b]Le mvett ou mvet désigne un instrument de musique à cordes connu depuis l'ancienne Égypte, et un ensemble de récits guerriers qui se jouent accompagnés de cet instrument, formant la culture des Fangs.

Né durant l'exode du peuple Fang que l'on retrouve aujourd'hui éparpillé entre Gabon, Cameroun, Congo-Brazzaville, Guinée équatoriale et sur l'île de São Tomé, des chants mvetts étaient déclamés …

Commentaires: 2
L’étrange influence des francs-maçons en Afrique francophone
Lun 15 Sep - 3:15 par el_tchatchinto
HÉRITAGE DURABLE DES ANNÉES DE COLONISATION


IMPORTÉE par l’Europe, la franc-maçonnerie est singulièrement présente en Afrique francophone, mais aussi en Afrique anglophone, tout comme en Amérique latine ou aux Etats-Unis : le « Libertador » Simon Bolivar et le président Roosevelt étaient maçons. Elle est souvent très proche du pouvoir, comme au Gabon, où le président Omar Bongo est …

Commentaires: 1
Mots-clés
gabonais BIERE RAPPEUR gabonaise gabon
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Le Sport comme facteur de cohésion sociale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 37
Age : 36
Localisation : Aix-en-Provence
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Le Sport comme facteur de cohésion sociale.   Mer 17 Sep - 18:17

Le Sport comme facteur de cohésion sociale.


Je voudrais ici aborder la question de la pratique du sport au Gabon.
Je dois avouer que je débute mon propos en ignorant totalement ce qui est programmé au niveau des instances dirigeantes telles que les Ministère de la Jeunesse et des Sports, celui de l’éducation nationale ou encore les diverses fédérations sportives, en ayant une parfaite méconnaissance de la vision à court, moyen ou long terme que ces différentes structures ont afin d’édifier le Gabon en Nation Sportive.
C’est peut-être aussi à cause de cette méconnaissance que mon propos part un peu dans tous les sens. Cependant j’aimerai tout de même qu’on en retienne l’essentiel, c’est à dire une idée susceptible d’être modifiée, améliorée, relookée etc

Aujourd’hui au Gabon, seuls les clubs de football perçoivent des subventions assez conséquentes pour leur permettre des déplacements à travers le pays lors des différentes journées du championnat national. Cependant subventionner ainsi les clubs de football, bien que ce ne soit pas un mal en soit, démontre à juste titre une absence de perspectives à long terme.

Personnellement, je préconiserait que l’Etat ,qui subventionne les différents clubs avec l’argent du contribuable gabonais, exige que lesdits clubs soient structurés avec plusieurs stratifications :
-Première Divisions
-Réserve(Junior)
-Cadets
-Minimes
-Poussins
Il serait aussi souhaitable que les clubs aient des équipes féminines par catégorie.

Ainsi donc l’argent du contribuable serait non seulement réparti pour les besoins d’un publique plus large, mais en même temps ce projet aurait l’avantage de susciter un peu plus l’intérêt pour la pratique du football et du sport en général de la part de personnes qui ne demandent qu’un cadre favorable soit créé.

Pour aller plus loin dans cette vision, l’Etat pourrait se proposer de subventionner aussi des clubs qui sont spécialistes dans d’autres disciplines telles que le basket-ball, le volley-ball ou le handball.
Pour ce faire, on s’appuierait sur les conditions requises au niveau du football, avec les mêmes niveaux de stratification.

Je voudrais tout de même prévenir qu’un tel projet ne peut se faire du jour au lendemain, mais sur une longue durée qui ne peut être déterminée qu’en faisant au préalable un état des lieux général du sport au Gabon.
Concernant les infrastructures, on pourrait demander à chaque maire de doter son arrondissement de deux terrains d’entraînement de football, l’un avec des tribunes d’une capacité de 500 places qui serait partagé par les Première divisions et leur réserve(junior) et un autre sans tribune qui serait destiné à accueillir les cadets, minimes et poussins.
Chaque mairie devrait en outre construire en plein air, quatre terrains de basket, deux terrains de hands, deux terrains de volley(même si un gymnase serait préférable, mais trop coûteux).
Chaque arrondissement devrait se doter d’une salle de sport avec tous les appareils nécessaires au développement physique des athlètes. Cette serait forcément payante, mais la pratique de tarif raisonnable sera exigée pour permettre au plus grand nombre d’en bénéficier.
Et pour terminer chaque mairie d’arrondissement devra se doter d’un grand bus pour transporter tous nos jeunes sportifs .
Le Maire centrale lui devra faire des dotations pour la construction, l’agrandissement, la restauration ou l’entretient d’un stade à grande capacité, selon les besoins et la population de la ville qui accueillera les compétitions.
Je précise tout de même qu’à moyen terme, seuls les capitales provinciales sont visées par ce projet.

Aux élus du peuple qui siègent à l’assemblée nationale, on demandera tout d’abord de voter des lois et de mettre en place le cadre juridique qui vont favoriser la mise en place rapide, effective et dans les délais de ces projets.
On leur demandera par la suite de subventionner le sport , en s’occupant de tout ce qui concerne le recrutement et la formation des formateurs, ainsi que de leur rémunération.
Et puis comme ils le font déjà si bien, ils pourront continuer à doter des équipes en maillots, bottines, plots, bas, chasubles etc.

Le gouvernement via les ministères concernés, devra élaborer sur 5 ans les calendriers des différentes compétitions , dans les différentes catégories , dans les différents sport et ce à l’échelle locale et nationale en se concertant avec les structures existantes ou qui seront crées à cet effet. Cela nous permettra d’emblée de nous projeter vers le futur, de savoir exactement où nous allons. Selon les aléas, ils nous sera ainsi plus facile de procéder à des ajustements.

Je souhaiterais donc qu’il y ait une concertation entre les élus locaux, les maires d’arrondissements en priorité, les chefs d’établissements primaires et secondaires et les Clubs.
Le but de cette concertation serait de jumeler la formation sportive scolaire avec celle pratiquée en club. Cela permettrait de limiter un trop grand nombre d’équipes(par établissement) de jeunes par catégorie, et favoriserait l’excellence dans la détection et la sélection des meilleurs joueurs.

Un club pourrait donc être en jumelage avec une ou plusieurs écoles primaires de son arrondissement, et puiser facilement dans ce vivier afin de constituer ses sections jeunes, poussins et minimes. La détection serait facilitée par la pratique sportive dans le cadre scolaire.

Il en serait de même avec les collèges et lycées , afin de constituer les équipes cadettes, et juniors.

Par la suite, en concertation avec les mairies des différents arrondissements, on pourrait débattre des jours et des heures d’attribution des aires de jeu.

Les mercredi après-midi seraient consacrés aux entraînements des poussins, minimes et cadets et ils joueraient leurs matchs de championnat les samedis matins.
Les Cadets et Juniors s’entraîneraient les mardi et vendredi après-midi et joueraient leurs matchs de championnat dans le cadre de l’OGSU comme d’habitude le jeudi.
Et les D1, s’entraîneraient à leur convenance et les matchs de championnat se joueraient comme d’habitude, les samedi et dimanche en après-midi.

Il serait plus facile ainsi pour les structures fédérales de procéder à la détection des jeunes qui doivent composer l’équipe nationale selon les différentes catégories et tranches d’âge.

Concernant l’athlétisme, on pourraient financer en suivant le même modèle le 100m, le 200m, 400m, le poids, le javelot, le disque etc. On pourrait grouper les entraînements , selon chaque discipline, par arrondissement. Et lors des compétitions de l’OGGSU chaque athlète représenterait son établissement.

Pour les Sports de Combat, une réflexion plus approfondie reste à mener, car par le passé le Gabon s’est distingué, en boxe, Karaté, Tae kwon do, Full Contact ou Judo sur le plan africain. Il faudrait se concerter avec les différents Dojo et clubs pour voir comment leur octroyer des subventions .Idem pour la Natation.

Sur le plan médical, chaque établissement doit avoir un médecin à sa disposition, celui ci pourrait être réquisitionné en cas de besoin pour les soins des sportifs des collèges et lycées, leur suivi médical et autres.
Cela suppose donc la création de fichiers médicaux pour tous afin de pallier à toutes les éventualités de mauvaise augure.

L’Etat via ses ministères compétant serait donc chargé de piloter tout cela en concertation continue avec les collectivités locales, les syndicats, et les principaux acteurs de la pratique du sport au Gabon.

Sachons le, le fait de promouvoir la pratique du sport dans un pays, de tout mettre en œuvre pour que les jeunes puissent y accéder le plus tôt et le plus facilement possible, permet de cultiver l’esprit de solidarité, permet aux gens de se rencontrer, de se côtoyer, de mieux se connaître et ce quelques soient les différentes couches sociales auxquelles ils appartiennent. Cela permet aussi de détourner les jeunes des fléaux tels que la cigarette ou l’alcoolisme, car les éducateurs sportifs sont avant tout des éducateurs.
A terme, si les résultats escomptés sont là, d’ailleurs il n y a pas de raison pour qu’ils ne se manifestent pas, la réussite des aînés va attiser la volonté de réussite des plus jeunes. Que demander de plus que des exemples qu’on a pu côtoyer pour stimuler.
Le sport est source de créativité, d’ingéniosité et accroît considérablement l’espérance de vie.
Les plus regroupement qu’on peut observer sur la terre sont les regroupement sportif.
Regardez un peu l’effet que nous procurent les coupe d’Afrique des Nations, les Coupes d’Europe, d’Amérique ou d’Asie de football, ou encore les Jeux Olympiques. On assistent à un incroyable mélange de diversités ethniques et culturelles.
Grâce au sport on oublie qu’on est en guerre, on oublie les querelles et les conflits, tout le monde s’embrasse et la société tout entière se porte mieux.

N’ayons donc pas peur des mots, le Sport demeure pour moi le facteur de cohésion sociale par excellence. Que l’on soit riche ou pauvre, blanc ou noir, chrétien ou musulman, tout le monde s’y retrouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-gabonais-et.latchatche.net
cyber_control
Bagando Moyen Kongosseur
Bagando Moyen Kongosseur


Nombre de messages : 33
Age : 33
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Le Sport comme facteur de cohésion sociale.   Mer 17 Sep - 21:59

vraiment boss c'est tout un sujet de disserte.lol!!! bref le mot d'ordre au sport c'est fair play
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Sport comme facteur de cohésion sociale.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste des directions départementales de la protection des populations (DDPP) et des directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP)
» Former un groupe
» un facteur pas comme les autres
» "s'entendre comme chien et chat"
» lentille d'eau comme nourriture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gabonais et la Tchatche :: Sauce à la Gabonaise :: Sport-
Sauter vers: